Êtes-vous réellement non-essentiels ?

Lucas Nunes
January 27, 2021
Les gouvernements font référence aux services qu’ils obligent à arrêter comme non-essentiels à l’économie. Mais pour qui ces services et employés ne sont-ils pas essentiels ?

Du haut de leur tour d’ivoire, politiciens et « experts » s’accordent à dire qu’un large pourcentage de la population n’est tout simplement pas essentiel et que ces personnes devrait par conséquent être assignées à résidence jusqu’à nouvel ordre. 

Leur perspective autoritaire les amène à se penser investis d’une sagesse supérieure leur donnant la capacité de juger un individu comme étant utile ou inutile ainsi que de déterminer ce dont nous avons besoin ou non. Ils prennent des décisions qui nous reviennent à notre place, infantilisent des millions d’individus tout en faisant basculer une large partie d’entre eux dans la pauvreté, en leur arrachant de multiples libertés, tel que la liberté de travailler et celle d’échanger.

Du jour au lendemain, nous avons basculés d’un marché relativement libre à un modèle d’économie et de société planifiée et centralisé. Ce nouveau normal autocratique contrôlé par des élites improductives menant des actions anticonstitutionnelles (politiciens et experts qui les conseillent) aura eu pour conséquence de rendre improductifs des millions d’individus productifs.

La classe dirigeante nous a demandé de tout sacrifier. Les petits commerces et entreprises de taille moyenne, pilier de ce pays (L’Irlande), sont condamnés à la faillite et beaucoup de travailleurs et d’entrepreneurs ont vus leurs revenues baisser considérablement suite au restrictions mises en place. Mais quels sacrifices la classe dirigeante a-t-elle faite ? Il se trouve qu’en 2020, en Irlande, les membres du parlement se sont accordés une augmentation de salaire, atteignant, annuellement, un montant supérieur à 96,000€, une autre augmentation encore plus proche des 100,000€ étant prévue pour 2021. Cela ne ressemble en rien à un sacrifice, bien au contraire, ils se sont récompensés aux frais des contribuables en pleine période de crise économique.

Que font les membres du gouvernement d’essentiel, tandis qu’ils vivent des taxes imposées aux contribuables, sans produire aucun services ni biens de consommation ? Peut-être prennent-ils une bière au bar du Dail’s (parlement Irlandais) tout en condamnant, ironiquement, les Pubs Irlandais et autres commerces à la faillite ? Clairement, légiférer de cette façon n’est certainement pas essentiel, bien au contraire. La destruction de richesses ainsi que ces hauts salaires soutirés des contribuables ne sont également pas essentiels. Surtout après avoir détruit une large partie de leur propres revenues.

Une partie des dégâts causés par les politiques de confinement imposés par les autorités est visible dans le secteur de la vente. Les ventes en Irlande ont chuté plus que dans n’importe quel autre pays européen, selon Retail Ireland, la plus large organisation d’entreprises en Irlande, représentant le secteur de la vente. L’étude a exclue les supermarchés et pharmacies, étant donné que ces secteurs ne sont pas considérés comme « non-essentiels » par le gouvernement.

 

Le fait est que ces élites qui déterminent chaque aspect de nos vies n’ont elles rien à perdre. Cela ne change rien pour eux si nos moyens de subsistance, nos projets de vie ou encore nos rêves sont détruits. Ils n’ont aucune compassion si nous n’avons plus les moyens de payer nos prêts bancaires à la fin du mois, si les commerces ferment de façon permanente, si nous perdons tout ce que nous possédons, tandis que leurs haut salaires et privilèges sont toujours garantis.

Pourquoi est-ce que ces personnes, tellement déconnectées des combats quotidiens des citoyens devraient-ils avoir autant de pouvoir pour déterminer que ces derniers doivent tout sacrifier ? La plupart de ces personnes prenant des décisions à notre place n’ont jamais créé un emploi ou quelconque autre service ou produit utile, malgré cela, ils ont l’audace de dire à des millions d’entre nous que nous ne sommes pas essentiels, que tout ce que nous avons fait durant toutes nos vies n’est pas essentiel.

Travailleurs et entrepreneurs ne devraient pas accepter ce genre de traitement de la part d’une classe qui ne fait rien d’autre que profiter des fruits de notre travail. Nous sommes essentiels. Toutes les personnes qui créent des biens et rendent des services à la demande en échange d’une rémunération sont essentiels. Chaque échange volontaire est essentiel. Essentiel pour quelqu’un d’autre qui désire ce que vous offrez et aussi essentiel pour votre propre personne en tant que moyen de subsistance.

Un jour ou l’autre, la situation va passé, mais les contribuables qui ont été considérés comme non-essentiels devront payer le prix de cette incompétence, pas les politiciens, ni les experts. Les entreprises qui auront fait faillite auront disparues à jamais. Il n’y aura aucun dédommagement des dégâts occasionnés par la classe dirigeante aux individus, car il n’en auraient pas les moyens. Le gouvernement n’a pas d’argent. Tout ce qu’il donne est soutiré de quelqu’un d’autre.

Les politiciens et experts, aveuglés, ne perçoivent pas que ces personnes auxquelles ils réfèrent comme non-essentielles, sont en fait celles qui paient leurs haut salaires, financent le système de santé publique et chacune des autres dépenses faites par le gouvernement. Les dépenses publiques, jusque là, continuent mais le revenue, au contraire, est affecté, étant donné que les commerces et employés s’ont continuellement obligés d’arrêter leur activité depuis presque un an.

Quel genre de monde imaginent-ils pour nous ? Un monde de survie ? Un endroit dans lequel une élite détermine ce qui peut être produit, fait et consommé ? Ce modèle est un échec assuré. Il a déjà été mis en place auparavant dans des pays comme l’URSS, et c’était un enfer à vivre, plein de pénuries de produits que nous avons abondamment à notre disposition aujourd’hui. Ce modèle à l’ancienne est toujours en place dans des endroits comme la Corée du Nord et Cuba, des endroits pauvres, des endroits opprimés. Nous devons regagner notre liberté afin de regagner notre prospérité. Il est très facile de détruire quelque chose, mais le reconstruire prend beaucoup de temps. Et honnêtement, jusque-là, rien n’indique que ces restrictions exagérés et illogiques s’arrêteront d’ici peu.

Selon certain experts et autorités, ces restrictions devraient faire partie du « Nouveau Normal », même après que cette période soit passée. Il est possible que beaucoup d’entre nous continueront d’être traités comme non-essentiels par ceux qui ne produisent rien et s’enrichissent de la panique si nous continuons à accepter cela.