Demolition Man : Science-fiction dystopique ou Réalité

Charlotte D.
June 30, 2021
« Demolition Man » est un film d'action et de science-fiction américain sorti en 1993. L'intrigue tourne autour de l'ancien policier John Spartan qui découvre, au lieu du Los Angeles qu'il a connu, l'utopie de San Angeles et la révèle comme étant un régime autoritaire anti-liberté, prohibitif et contrôlant.

L’histoire commence en 1996, présentant le personnage principal de l’histoire, le sergent du LAPD John Spartan ; surnommé « le destructeur » en raison des importants dommages collatéraux qu’il cause souvent lors de ses arrestations. Spartan est sur le point de capturer Simon Phoenix, un dangereux criminel. Mais Phoenix piège Spartan, donnant l’impression que Spartan est responsable du meurtre d’otages. Par conséquent, tous deux sont condamnés à de longues peines dans le nouveau « Cryo-Pénitencier » de la ville, une prison dans laquelle les condamnés sont cryogénisés et exposés à des techniques de réhabilitation subliminales.

36 ans plus tard, Los Angeles est désormais San Angeles ; une mégalopole formée de la fusion de Los Angeles, San Diego et Santa Barbara. San Angeles est présentée comme une ville paisible où la criminalité a été éradiquée grâce à son nouveau régime et au Dr Cocteau ; son leader. Cependant, les apparences peuvent être trompeuses.

Lorsque Phoenix parvient à s’échapper à la suite d’une prétendue erreur, la seule solution que le nouveau service de police considérablement plus faible est capable de trouver pour un individu aussi dangereux est de libérer également Spartan, « Un flic de la vieille école pour un criminel de la vieille école. » Faisant équipe avec Lenina Huxley, une policière de ce nouveau département, Spartan recommence à traquer Phoenix. Ce faisant, il se rend compte que le régime est loin d’être parfait, au contraire, il est plein de politiques liberticides visant à un contrôle total des actions et des esprits des gens. Les prochains points aborderont plus en détail les caractéristiques réelles de ce régime autoritaire, qui sont en réalité de plus en plus présentes dans nos sociétés actuelles.

Références Historiques et Culturelles

Ce n’est pas une simple coïncidence d’avoir choisi « Lenina Huxley » comme nom de l’un des personnages principaux de l’histoire. En effet, il y a d’un côté une référence historique claire à Vladimir Lénine, et de l’autre à Aldous Huxley, auteur du roman dystopique « Le Meilleur des mondes. » La référence à Lénine vise à souligner que la société de San Angeles est un idéal socialiste, tout comme l’était l’URSS. À propos de « Le Meilleur des mondes », de nombreuses similitudes peuvent être trouvées entre le roman et le film. Les deux sociétés sont dirigées par un seul individu au sommet qui décide de tout et façonne la société selon ses idéaux de manière oppressive. Les deux sociétés ont une obsession de la santé et les bébés y sont conçus en laboratoire. Dans les deux sociétés, les individus pro-libertés qui condamnent le régime sont complètement exclus de la société et vivent de manière primitive.

Censure et Système de crédit

L’une des premières choses que Spartan rencontre à San Angeles est une censure sévère. En effet, un « statut de moralité verbale » a été mis en œuvre par le gouvernement, et en conséquence, il existe des machines, dans tous les espaces publics, qui détectent chaque fois que quelqu’un utilise un « mauvais langage » et lui infligent une amende pour cela.

C’est assez similaire aux politiques de « discours de haine » que nos propres gouvernements ont mises en œuvre ces dernières années, qui engendrent notamment une grande quantité de censure sur les réseaux sociaux.

Le fait que les gens se voient infliger des amendes d’unités de crédit par les machines révèle que cette société est basée sur un système de crédit social. Le gouvernement a le contrôle total du système monétaire et c’est un outil qui lui permet de mettre encore plus de pression sur les gens pour qu’ils suivent les « règles. »

Un tel système n’est plus fictif puisqu’il a été, par exemple, mis en œuvre par le PCC en Chine. Les individus qui ne se conforment pas aux politiques gouvernementales peuvent simplement être bannis de la société ou de certains domaines de celle-ci en étant empêchés d’acheter, de vendre ou d’échanger.

Prohibition et Endoctrinement

Après avoir été libéré du cryo-pénitencier, Spartan demande une cigarette et Lenina Huxley lui dit que « Tout ce qui n’est pas bon pour vous est illégal », ce qui inclut : les cigarettes, l’alcool, la viande, les armes à feu, l’essence, avoir des enfants sans permis etc. Les gens sont fondamentalement infantilisés, ils ne peuvent plus choisir par eux-mêmes, les experts gouvernementaux le font.

C’est certainement quelque chose que nous avons vu se produire en Occident depuis quelques décennies. Les armes à feu sont déjà interdites dans de nombreux pays, et de plus en plus de restrictions sont mises en œuvre par le gouvernement sur les cigarettes et l’alcool, par exemple, tous deux sur le point d’être également interdits. En ce qui concerne la viande, les agendas végans et climatiques sont plus que jamais poussés, ses militants suggérant que la viande devrait être interdite pour la protection des animaux et un changement climatique prétendument provoqué par l’Homme.

Les contacts physiques sont également restreints en raison des risques pour la santé liés aux germes et au risque de maladies sexuellement transmissibles. Par conséquent, les gestes comme la poignée de main et le baiser sont interdits. Les actes sexuels sont également interdits et ont été remplacés par du sexe en réalité virtuelle. Les enfants sont donc tous issus d’une procréation en laboratoire.

Ces restrictions gouvernementales sur les contacts physiques sont étrangement similaires aux politiques du Covid de distanciation sociale que les gouvernements imposent dans le monde entier depuis le début de l’année 2020.

Bien sûr, la majorité de ces personnes vivant en endoctrinement constant ne remarque rien de mal, bien au contraire. Le Dr Cocteau, « leader suprême » de San Angeles, est considéré comme le sauveur qui a créé un environnement paisible, incomparable au chaos et à la brutalité qui existaient dans la région avant le régime. Le contrôle que Cocteau exerce sur l’esprit des gens est si fort que les gens ne remettent pas en question son autorité et obéissent simplement, tout comme des robots qui sont programmés, cela est en effet souligné par le fait que les gens répondent « information assimilée » une fois qu’on leur dit quelque chose. Les gens sont devenus si faibles que même le service de police ne sait pas comment résoudre un véritable meurtre ou gérer la violence. Poursuivre les gens pour des raisons insensées telles que la rupture du couvre-feu et les violations de « mauvais langage » les a rendus plus faibles, c’est pourquoi ils doivent obtenir l’aide de Spartan, bien qu’il soit l’archétype de la masculinité toxique qu’ils méprisent.

C’est une autre caractéristique que l’on retrouve de plus en plus dans nos sociétés modernes, la plupart des gens ont tendance à simplement obéir et se conformer à tout ce que le gouvernement dit parce que le gouvernement est l’autorité, quelle que soit l’injustice et la criminalité de leurs politiques.

Pouvoir et Contrôle

En fin de compte, tout se résume à l’augmentation du pouvoir et du contrôle de Cocteau sur la population de San Angeles, comme cela est le cas avec les politiciens de chacun de nos gouvernements.

Même si les gens peuvent toujours aller au restaurant, la société n’a pas de marché libre, mais plutôt une sorte de corporatisme fasciste où il n’y a plus qu’une seule chaîne de restaurants ; « Taco Bell », qui est sous le contrôle du gouvernement.

Cette avidité de pouvoir et de contrôle est aussi visible dans des politiques telles que l’insertion de puces électroniques dans les mains des gens pour les suivre à tout moment, et dans la façon dont Cocteau traque les dissidents qui s’opposent à son régime et mettent ainsi son pouvoir en péril.

En effet, il est révélé plus tard que c’est lui qui a libéré Simon Phoenix afin de faire tuer Edgar Friendly, le leader d’une rébellion pour la liberté.

Edgar Friendly et ses partisans, bien que vivant dans de mauvaises conditions, jouissent de plus de liberté que le peuple sous le régime de Cocteau. Par exemple, ils peuvent se faire des hamburgers s’ils le souhaitent, bien qu’ils soient faits de viande de rat. La partie la plus inspirante du film est probablement le monologue de Friendly dans lequel il défend la liberté d’expression et de choix.

« Selon le plan de Cocteau, je suis l’ennemi parce que j’aime penser, lire, je suis pour la liberté d’expression et de choix. Je suis le genre de gars qui aime s’asseoir dans un diner et se demander : Est-ce que je devrais commander un steak ou des côtes grillées à la sauce barbecue avec des frites ? […] En haut, tu vis à la manière de Cocteau. Ce qu’il veut, quand il veut, comme il veut. »

Edgar Friendly

Ce film, dans les années 90, prédisait avec précision comment serait l’avenir de la société 30 ans plus tard avec l’avancement de l’agenda socialiste. Une dystopie devenue réalité. Cependant, comme le montre la fin du film, s’il y a des individus prêts à défendre la liberté, il y a toujours de l’espoir pour une société libre.

« Demolition Man » est actuellement disponible sur Netflix et peut être acheter/louer sur Amazon Prime Video.