La République Anarchiste de Cospaia

Lucas Nunes
April 22, 2021
Les gens pensent souvent que l'absence de gouvernement et l'absence de lois créeraient une sorte de société « Mad Max » où les gens s'entre-tueraient sauvagement. Hollywood a certainement contribué à façonner notre réflexion sur la façon dont l'abstention d'une autorité nous conduirait au chaos total, après tout, ils ont fait beaucoup de films avec des thèmes tels que le Wild West depuis le début du XXe siècle. Je suis désolé de vous décevoir, mais le Wild West n'était pas si sauvage. Peut-être que dans un autre article je parlerai du Wild West n'étant pas sauvage. Dans cet article, je parlerai de quelque chose de plus ancien et sur le vieux continent.

Avant le XIXe siècle, avant l’unification de l’Italie, dans cette même région, il y avait plusieurs petits pays qui existèrent pendant plusieurs siècles en tant que nations souveraines, comme le Royaume de Sicile, le Royaume de Sardaigne, la République de Gênes, la République de Venise, les États pontificaux, la République de Florence et quelques autres royaumes. Mais cet article concerne la petite République de Cospaia, une petite nation qui pourrait être considérée comme un exemple de société anarcho-capitaliste. L’histoire de cette nation surprendrait probablement beaucoup de gens, car elle ne ressemblait en rien à Mad Max.

Écoutez la version audio de cet article en anglais

La petite nation entre les États pontificaux et la République de Florence n’avait pas de gouvernement, pas de lois, pas de police, pas de prison, pas d’impôts et elle exista pendant près de quatre siècles, 386 ans, pour être précis, de 1440 à 1826.

La naissance d’une nation libre

La naissance de la République de Cospaia fut causée par une erreur cartographique. En 1431, le pape Eugène IV avait besoin d’argent et il fit un prêt de 25 000 florins à Cosimo di Giovanni de ’Medici, le célèbre banquier du pays voisin au nord des États pontificaux, la République de Florence. Le pape Eugène IV offrit comme garantie de payer sa dette, la ville de Bolgo Sansepolcro et ses environs dans la haute vallée du Tibre.

Neuf ans plus tard, le pape Eugène IV n’avait pas réussi à rembourser l’emprunt et il dû donc remettre la ville de Bolgo Sansepolcro et ses environs à Florence. Les deux parties envoyèrent des géomètres afin d’établir les nouvelles frontières entre les deux pays et ils s’étaient mis d’accord pour que la frontière soit « Rio ». Rio signifie rivière en latin et plusieurs rivières de cette région portaient ce nom. Par une énorme erreur, les géomètres des États pontificaux avaient choisi un fleuve appelé Rio et les géomètres de Florence avaient choisi un autre fleuve appelé Rio pour établir les frontières. Entre les deux fleuves, il y avait un morceau de terre, la région de Cospaia.

Cospaia, alors, échappa à la juridiction de Florence et des États pontificaux. Les habitants de Cospaia, même s’ils étaient pour la plupart analphabètes, virent cela comme une grande opportunité et se déclarèrent indépendants. Tant les États pontificaux comme Florence n’ont pas voulu renégocier les frontières et ensuite, les deux parties, n’ont pas essayé d’intégrer Cospaia dans leurs territoires. L’erreur des États pontificaux et de la République de Florence devint la fortune des habitants du petit hameau de Cospaia et en 1484 l’indépendance de la République de Cospaia fut officiellement reconnue.

Comment la République libre de Cospaia fonctionnait

La République de Cospaia n’avait pas d’armée, elle n’avait pas non plus de prison. Elle n’avait pas non plus de lois arbitraires, ni d’impôts. Il n’y avait qu’un simple conseil d’anciens composé des chefs de famille qui se réunissaient de temps à autre. Ils se retrouvaient à l’église de l’Annonciation, où l’on peut encore voir un panneau en latin avec l’inscription « Perpetua et firmas libertas » qui signifie « Liberté perpétuelle et ferme »

Ce conseil n’était en fait pas un gouvernement et il n’était finalement convoqué que pour gérer la prise de décision et régler les différends. Malgré l’absence de gouvernement et de règles, rien n’indique que Cospaia ait été un endroit violent. Tout le contraire s’est produit tout au long de son histoire : c’était un endroit qui a toujours attiré les gens.

L’économie prospère de Cospaia

Au début, l’économie de la République de Cospaia reposait principalement sur l’achat et la vente de marchandises et le troc. Et beaucoup de gens des régions environnantes étaient attirés par le pays en raison de l’inexistence de taxes, de réglementations et de lois. Les citoyens de Cospaia étaient libres de poursuivre leurs rêves et de faire tout ce qu’ils trouvaient de plus rentable, ils n’étaient pas obligés de perdre leur temps avec des devoirs envers les seigneurs et les rois, ils n’avaient pas à risquer leur vie en combattant des guerres qui n’intéressaient que les nobles et ils n’avaient pas à gaspiller une partie de leur travail pour enrichir l’État. Avec la liberté, les citoyens de Cospaia n’avaient que des avantages.

En 1574, l’évêque de Sansepolcro, la ville voisine qui déclencha l’existence de la République de Cospaia, reçut de son oncle, qui était cardinal à Paris, un cadeau dont les origines étaient du Nouveau Monde : des graines de tabac. Le tabac était arrivé il y a quelques années à peine des Amériques en Europe. C’était une chose relativement nouvelle pour les Européens et le tabac devint très populaire en très peu de temps. Les feuilles de tabac étaient utilisées pour leurs propriétés médicales car elles ont des propriétés anti-inflammatoires et elles étaient également utilisées pour les maux de tête. Une fois séchées, les feuilles servaient aussi à fumer, à mâcher et à priser.

Peu de temps après son arrivée à Sansepolcro, le tabac devint très populaire dans toute la région et le tabac de Cospaia devint très populaire en raison de sa haute qualité. Cela était dû au fait que la terre et le climat régional étaient très bons pour la croissance du tabac.

En 1624, le pape Urbain VIII publia une bulle pontificale, c’est-à-dire un décret papal, menaçant d’excommunier les personnes qui utiliseraient du tabac à l’intérieur des églises. Même si cela ne semble pas être une chose très importante pour modifier l’ensemble de la production et de la consommation de tabac, la façon dont les informations circulaient à l’époque et l’impossibilité de vérifier l’exactitude des informations ont créé plusieurs rumeurs concernant la possible excommunication à venir, ce qui finit par affecter la production et la consommation du tabac. Mais ces fausses rumeurs concernant l’interdiction du tabac ne furent pas les seules à affecter l’industrie du tabac. D’autres papes venus peu après Urbain le Huitième, resserrèrent les restrictions concernant le tabac et de nombreux endroits commencèrent à imposer des réglementations et même des interdictions à la consommation et à la production de tabac, au fil du temps.

Surtout les États pontificaux et Florence, les deux pays voisins qui enclavèrent la République de Cospaia, avaient des réglementations ou des interdictions concernant le tabac. Mais ces interdictions et réglementations n’ont pas affecté la petite République de Cospaia. Le peuple de la république commença à profiter de ces interdictions des nations voisines, car le pape ne régnait pas sur Cospaia.

Cospaia devint une sorte de « capitale du tabac » grâce aux restrictions de ces pays voisins et elle commença à fournir du tabac à toute la région, et le meilleur de celui-ci : la franchise d’impôt. Le tabac Cospaiesi est toujours célèbre et son cigare, toujours produit, jouit d’une très bonne réputation auprès des fumeurs de cigares.

Un autre point qui aida l’économie de Cospaia à prospérer était le fait que la petite république n’a jamais fait de discrimination commerciale à qui que ce soit. C’était un vrai hameau de laissez-faire. Historiquement, la population juive a toujours été ciblée par les gouvernements avec des sanctions dans les nations environnantes. Pendant certaines périodes, les Juifs étaient interdits de commerce avec les chrétiens et même interdits de posséder des propriétés, mais pas à Cospaia, où ils étaient toujours autorisés à exercer leur commerce et à posséder des propriétés. De nombreux entrepôts de tabac à Cospaia appartenaient à des Juifs de tout le territoire que nous appelons aujourd’hui l’Italie.

La chute de la république

Au XVIIIe siècle, Cospaia a réussi à résister même à l’invasion de Napoléon Bonaparte, mais, un peu après la fin de la campagne de Napoléon et le départ de son armée de la région, le succès économique de la République de Cospaia commença à déranger les suzerains des nations voisines, qui étaient des individus avides qui voulaient simplement obtenir leur part des bénéfices des Cospaiesi. Les États pontificaux et Florence ne voulaient pas que certains voisins vendent des marchandises et s’enrichissent alors qu’ils n’en tiraient pas d’argent. Le pape Léon XII et le grand-duc de Toscane auraient reçu une correspondance sur la façon de s’occuper de Cospaia et malheureusement, en 1826, ils forcèrent les citoyens de Cospaia à signer l’acte d’assujettissement, sinon, ils devraient faire face à de graves conséquences.

C’était la fin d’une époque. Cospaia fut incorporée aux États pontificaux et chaque citoyen de Cospaia reçut une pièce d’argent avec l’image du pape Léon XII en compensation de sa perte de liberté et ils furent autorisés à continuer à cultiver une quantité limitée de tabac. Les habitants de Cospaia appelleront plus tard cette pièce « papetto » qui signifie quelque chose comme petit pape, en référence au peu qu’ils ont reçu pour la perte de leur liberté.

Après quelques décennies et un terrible bain de sang qui se produisit de 1848 à 1871, l’unification de l’Italie eut lieu. Tous les royaumes souverains et autres républiques furent contraints de s’intégrer au nouveau gouvernement central, l’Italie que nous connaissons aujourd’hui, et comme Cospaia avait déjà été incorporée aux États pontificaux, elle devint une partie de l’Italie.

Ce que l’on peut apprendre de Cospaia

Même si la République libre de Cospaia prit fin, elle peut encore nous apprendre beaucoup sur l’autonomie gouvernementale dans une société. Cospaia, en tant que république libre, souveraine et anarchiste qui avait une économie de marché libre et la propriété privée, exista pendant 386 ans, ce n’est donc pas une société anarcho-communiste ratée comme Chaz, la zone autonome marxiste du Capitole qui apparut en 2020 aux Etats-Unis, dura environ un mois et fut marquée par la violence, le manque d’organisation et le manque de biens.

La République libre de Cospaia peut nous apprendre que le volontarisme fonctionne, que les bonnes idées n’ont pas besoin de force et qu’une autre manière d’organiser la société est possible. Cela peut nous apprendre que nous n’avons pas besoin de ces grands gouvernements pour bien vivre, ni en paix, que l’auto-gouvernance est possible et que nous n’avons pas besoin d’autant de règles et de régulations, bien que nos suzerains essayent de nous convaincre du contraire.

Surtout maintenant à partir de 2020, lorsque le contrôle et les gouvernements sont plus grands que jamais, lorsque les tyrans obsédés par le pouvoir et le contrôle central tentent de remodeler le monde, peut-être que l’histoire de la République libre de Cospaia peut nous inspirer à réinventer et remodeler le monde dans lequel nous voulons vivre.